Entretien avec Fatimata créatrice entrepreneure

Publié le : 03/09/2020 10:26:57
Catégories : Blog , Interview

Bonjour à toutes et tous ! 

Aujourd'hui nous vous proposons de partir à la rencontre de Fatimata de l'Atelier de Bojel ! Entrepreneuse, professeure, créatrice, découvrez son expérience et ses créations uniques !

 

Bonjour Fatimata et merci pour cet entretien. Pour commencer, pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Après des études de management, une expérience de 10 ans dans l’export. J’ai décidé de changer complètement de vie professionnelle.

Prise de passion pour la couture j’ai eu la chance de participer à l’émission de COUSU MAIN.



Une expérience qui n’a fait qu’amplifier mon attrait pour la couture. Celle-ci prenant de plus en plus d’importance dans mon quotidien, j’ai fait une demande de formation de 1 année au sein de l’académie de coupe de Paris (AICP)

Après cette année, j’ai décidé de quitter mon « confort professionnel » pour me lancer à100%

J’ai donc commencé par lancer une gamme de veste sur mesure et aujourd’hui, nous sommes sur la veste et le pantalon pour femme. Tout cela sur mesure.




 Depuis combien de temps cousez-vous et avec qui avez-vous appris ?

Je couds depuis 6ans, j’ai appris seule.

Pour l’anecdote : un jour je vais dans un magasin, je ne trouve pas de pantalon à ma taille, tous sont trop courts... 

De caractère à ne jamais baisser les bras, je réfléchis à d’autres alternatives. Et la meilleure (bien qu'ambitieuse) était de coudre mes propres vêtements. Je me suis donc rendue dans un centre commercial et j’ai acheté ma première machine à coudre et tout le matériel nécessaire.

Je suis rentrée chez moi, j’ai pris un drap très coloré à ma mère, un pantalon que j’aimais que j’ai découpé pour le refaire en plus long. Mon premier pantalon était né. J’étais hyper fière de moi (et ma mère aussi malgré son drap en moins).

J’ai suivi énormément de tutoriel sur internet pour apprendre car je ne trouvais pas de cours présenciel. J’ai acheté mes premiers patrons mais devoir toujours les modifier m’a vite lassé. J’ai donc appris à patronner (toujours via internet).

 



Pouvez-vous nous raconter comment s'est passée votre année de formation de modéliste série du vêtement option femme ? Quelles sont les étapes de cette formation ?
 
Tout d’abord, Il faut savoir que quand je me mets à coudre pour m’arrêter il faut s’accrocher.

Quand je rentrais du travail, je me mettais directement derrière ma machine à coudre et je cousais jusque très tard le soir (ou tôt le matin).

La couture prenait de plus en plus de place dans mon quotidien et dans mon esprit.

Rapidement j’ai décidé de rechercher une formation pour me perfectionner et pouvoir allez plus loin dans mes travaux de couture. J’ai donc visité, lors d’une porte ouverte, l’AICP. Après plusieurs semaines de réflexion, j’ai fait une demande de formation, impliquant de m’absenter 1 an du poste que j’occupais.

Une année très intense physiquement et intellectuellement. Entre-les allez retour entre Rouen et Paris, les révisions et ma vie personnelle autant dire que je n’ai pas vu passer l’année 2018. 

Pendant cette année de formation j’ai effectué 3 modules et un stage.

1 modules montage (3 mois)

1 module coup à plat (3 mois)

1 module moulage (3 mois)

Et 1 stage chez une créatrice de robe de mariée sur mesure (MAUD GERMAIN) ( 3 mois)
 

J’ai appris énormément de choses, tant sur l'aspect technique que sur la méthodologie grâce à des professeurs très qualifiés.
 

Comment la couture et la création ont-elles pris une place centrale dans votre vie professionnelle ?

Après l’AICP, je savais que je devais faire un choix. Garder un confort professionnel ou prendre le risque de tout laisser pour me lancer dans l’entreprenariat en sachant que je n’y connaissais rien. Mais je sentais que j’avais beaucoup d éléments pour pouvoir le faire. Et surtout un soutien exceptionnel de ma famille.
 

Ma passion est devenue mon métier, difficile au départ de s’organiser, de définir les axes…

Je me suis spécialisée dans la veste sur mesure car c’est un vêtement qui m’inspire, que j’aime et qui parle à toutes les femmes. Je souhaite que mes vestes traversent les saisons, je mets un point d’honneur à faire de la qualité et non de la quantité. Également, j’utilise des matières dont je connais la fabrication et la provenance. 

 
 

 

Quelles sont vos sources d'inspiration pour concevoir de nouveaux modèles ? Comment sont créées vos collections ?

Je marche au coup de cœur du tissu que mon fournisseur de propose, la couleur le motif, le touché.

Je parle beaucoup avec mes clientes fidèles ou potentielles, ce qui me permet de choisir les coloris.

Je ne fais que du sur mesure donc chaque veste ressemble à la cliente. Nous travaillons ensemble sur la conception, le style et le choix du tissu.


 Quels sont les tissus que vous adorez coudre ? Et vos magasins fétiches ?

Je travaille le WAX de Côte d'Ivoire (Uniwax CIV), la fibre de bambou et le crêpe. Je n’ai pas de magasin fétiche mais quand il s’agit de coudre pour moi je vais chez Mondial Tissu principalement.




 
 

 

Comment est votre espace couture ? Pièce dédiée ou petit espace ? Avec quelles machines êtes-vous équipée ? 
 
J’ai à mon domicile une pièce de 11 m2, une pièce que j’ai séparé en deux avec une partie ou il y a toute mes machines et mon plan de coupe pliable et l’autre parti aménagé en petit salon pour recevoir ou y travailler.

Je suis équipée d’une piqueuse plate, une surjeteuse, une brodeuse et ma machine à coudre JANOME Memory Craft 9400 QCP que j’utilise principalement (fiche produit de la JANOME 9450 QCP ici).

Je suis à la recherche d'un local pour m'agrandir.

 

 

 
Je crois que vous êtes également professeure de couture. Comment cette aventure a-t-elle commencé ? 

J’ai commencé à donner des cours suit à une demande d’un collectif de femmes qui souhaitaient apprendre la couture.

Pendant un an, je leur ai appris toutes les bases de la couture, la découpe du tissu, le traçage et la manipulation de la machine à coudre. L’objectif étant qu’elles soient autonomes après cette année. Ce fut une super expérience et j’ai donc continué a donné des cours au sein d’association ou de structure tel que la bibliothèque.
 
Aujourd’hui, je coordonne des projets avec des lycées, centres commerciaux, centres socioculturels et associations. Je donne des cours à des enfants et adultes à titre indépendant, et Je fais également parti des professeurs de couture au sein de l’association café couture de Rouen où nous intervenons au sein de collèges et centres de formation.


Quels conseils pouvez-vous donner aux débutants ou à ceux qui ont peur de se lancer ?

Nous avons la chance d’avoir internet qui regorge de super tutoriels. Le monde de la couture est riche de supers patrons faciles à réaliser et tendance !

Ne jetez pas vos vieux vêtements ! Décousez-les et regardez comment ils sont construits. Vous allez beaucoup apprendre. Faites des pièces d’étude si vous avez un doute, des tests avant de couper...

Lancez-vous ou continuez de persévérez, vous allez réussir, raté, faire refaire. Mais ne pas laisser tomber car des qualités vont ressortir de tout ça, la patience et la persévérance... Et surtout une belle prise de conscience sur la fabrication (que ce soit un accessoire ou un vêtement).

Vous verrez vous ne verrez plus les choses du même œil !

Merci beaucoup pour cet entretien. Retrouvez Fatimata et l'Atelier de Bojel en ligne sur Instagram @latelierdebojel.

 

Produits associés

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)